A la uneCongo BrazzavilleLibye

Paix en Libye: Le Maréchal Khalifa Haftar remet un sabre, symbole de paix à Denis Sassou N’Guesso à Brazzaville

——/ Par Driss SENDA
——/ Par Driss SENDA

Entre août 2011, date à laquelle une révolte populaire éclata en Libye, suivie d’une intervention militaire internationale menée par la France et le Royaume-Uni qui fit tomber le régime du colonel Mouammar Kadhafi, et le 6 octobre 2023, date à laquelle le Maréchal Haftar Khalifa est reçu pour une nouvelle fois à Brazzaville, par le Président congolais Denis Sassou N’Guesso, la Libye semble être partagée entre espoir et désillusion de paix.

La Libye, géant Petro-gazier d’Afrique du Nord reste partagée entre arrangements précaires et compromis fragiles qui, du reste, ne manquent pas d’inquiéter sur l’avenir de la paix. L’absence d’affrontements directs et des traces d’un choc frontal entre les deux coalitions politico-militaires, celle basée à Tripoli reconnue par l’ONU et l’autre basée à Benghazi sous l’egide du Maréchal Haftar, semble donner des signes de réconciliation qui justifient la présence de l’importante délégation libyenne à Brazzaville. Ainsi, l’idée d’une guerre qu’on croyait insoluble dans ce pays riche en ressources naturelles et aussi convoité que divisé, semble s’évanouir. En sa qualité de Président du Comité de Haut niveau de l’Union africaine, Denis Sassou N’Guesso est persuadé que les protagonistes libyens qui tournent le dos à l’option militaire pour régler l’épineuse question de paix sont sur la bonne voie et que le temps est venu de « privilégier la force du pardon et de la tolérance ».

La récente Conférence Interlibyenne de réconciliation, tenue le 20 juillet 2023 à Brazzaville qui vient couronner les efforts de négociation entrepris par Denis Sassou Nguesso dans cette crise libyenne – des efforts déjà reconnus comme porteurs d’espoir en novembre 2017 par les membres du Haut Conseil des villes et tribus libyennes- préfigure la venue d’une nouvelle ère de paix et de réconciliation en Libye. Longtemps ce pays est resté déchiré par des milices ou organisations terroristes comme l’état islamique , notamment Al Qaïda qui s’y était installé dès 2014 lorsque la Libye plongea dans une guerre civile, avec l’immixtion dans ce conflit des puissances étrangères. Depuis, ce pays est resté désorganisé et a perdu l’âme de Etat-Nation qu’il était au temps du président Mouammar Kadhafi, qui réussit à concilier les différents clans et tribus pour une gestion concertée du pouvoir.

La récente catastrophe survenue en Libye, suite aux inondations qui ont causé la mort d’environ 4000 citoyens à Derna et dont l’actualité vient de réveiller le souvenir d’un pays exsangue et en lambeaux, permet de comprendre l’urgence de régler les divers conflits qui persistent dans ce pays pour le bien de 6.735 millions habitants (2021 ) qui attendent et espèrent une cohésion nationale et la reconstruction de la grande Libye. Il est temps de transformer l’échec de réunification des institutions sécuritaires, les fractures communautaires et le mal développement économique et en faire des leviers d’un sursaut national et que les richesses que regorge ce pays de 1,76 million Km2 puissent aider à le relever de façon spontanée de sa crise économique, sa crise sociale et surtout de son érosion morale.

Le Sabre, symbole de paix

La remise d’un sabre à Denis Sassou N’Guesso par le maréchal Khalifa Belquasim Haftar est déjà un symbole qui explique la volonté de paix de l’homme de Benghazi que plusieurs observateurs soupçonnaient d’aller plutôt à contre courant du processus de paix, ses velléités de guerre étant très manifestes.

Désormais, malgré les fractures internes peu lisibles d’ailleurs, par rapport aux crises brûlantes d’hier, la Libye semble retrouver une stabilité apparente. Ce n’est certes pas une paix comme l’ont pu illustrer les incidents récents en Tripolitaine (Ouest de la Libye), mais ce n’est pas non plus la guerre comme ce fut le cas de la guerre civile de 2014 ou certainement la bataille de Tripoli entre 2019-2020. 

Il est temps que la communauté internationale pèse de tout son poids pour que les forces étrangères cessent de s’immiscer dans le règlement de ce conflit Interlibyen. Car la prédation des forces étrangères sur ce géant pétro-gazier ne cesse d’être visible. N’est-ce pas le cas de certaines forces étrangères dans l’Ouest ou les paramilitaires dans l’Est et le sud au moment où les frontières avec le Soudan et le Tchad s’embrasent de façon continue ? Denis Sassou N’Guesso se veut rassurant face à la délégation libyenne conduite par Khalifa Haftar devant le risque de rechute qui pourrait neutraliser les efforts de l’Union africaine qui défend mordicus les intérêts légitimes de la population libyenne, même si aujourd’hui, un cadre institutionnel réellement légitime, semble encore faire défaut. La volonté de reconstruire une Afrique débarrassée des oripeaux de domination étrangère n’a jamais fait défaut aux dirigeants de ce pays comme l’avait souvent plaidée le Guide de Jamahiriya arabe libyenne, le colonel Mouammar Kadhafi assassiné en mai 2011.

Ainsi, malgré les fragiles espoirs de paix, l’ONU reste aussi confiante. Elle y a envoyé un représentant spécial en la personne de Abdoulaye Bathyli  qui du reste, appelle à soutenir la «  nouvelle dynamique de coopération et réconciliation entre filles et fils de la Libye ». Et le secours apporté au peuple libyen par le président du Comité de Haut niveau de l’Union africaine, M. Denis Sassou N’Guesso fait office d’une  nouvelle page entrain d’être réécrite pour la paix et la réconciliation du peuple libyen lassé par plus d’une décennie de division, d’érosion morale et de décroissance économique de ce pays dont la production pétrolière atteignait plus de 1,8 millions de barils par jour pour plus de 41,5 milliards de barils, soit environ 3% des réserves mondiales de pétrole.

Vers des élections libres, transparentes et consensuelles

La Libye se prépare à organiser des élections générales avant la fin de l’année 2023. Cela exige la mise en place d’une nouvelle dynamique de paix, pour que la population libyenne puisse se choisir de nouveaux dirigeants via les urnes. C’est pour soutenir cet élan actuel et aider les libyens à parler d’une seule voix avant les élections que Denis Sassou N’Guesso et le Maréchal Khalifa Haftar se sont entretenus. Il faut faire avancer le processus politique à tous les niveaux en échangeant avec toutes les parties prenantes de ce processus de réconciliation qui cristallise toutes les attentes de paix des populations libyennes, voire celles de l’Afrique tout entière. Et Denis Sassou N’Guesso poursuit inlassablement ses efforts en discutant aussi avec le gouvernement internationalement reconnu de Tripoli.

Toutefois, il reste à régler une épineuse question pour préserver ce processus enclenché, celle du retour de nombreux mercenaires qui peuplent ce pays qui est longtemps resté en lambeaux et théâtre d’actes de vandalisme des mercenaires venus du Tchad, du Niger, du Soudan, et dont le retrait de la Libye devrait se faire de façon coordonnée, séquencée, synchronisée. L’objectif est d’éviter que ces combattants ne deviennent une menace pour la sécurité autant de la Libye que de leur pays d’origine. Un processus qui paraît encore très délicat, mais pas insurmontable. Et Denis Sassou N’Guesso en est conscient.

Related posts
A la uneCongo Brazzaville

Denis Sassou N’Guesso promeut une réelle culture de dialogue diplomatique

L’Académie des sciences d’outre-mer à Brazzaville : Séminaire franco-congolais sur le Thème…
Read more
A la uneCongo Brazzaville

Denis Sassou N’Guesso à Xi Jinping: « 2024, Année du Bilan et de Promotion d’un Développement plus étendu de notre Coopération  bilatérale »

Au terme du troisième Forum de coopération internationale de Beijing, du 17 au 18 octobre 2023, la…
Read more
A la uneCongo Brazzaville

Sommet des Trois Bassins Forestiers : Le Choix des Stratégies Pour Mieux Peser Sur l’Echiquier Mondial

Premier sommet du genre, les dirigeants des trois plus grands bassins forestiers du monde déroulent…
Read more
Newsletter
Devenir un Trendsetter

Inscrivez vous  à notre newsletter et t recevez des infos 24h/24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *